KENNYWORMALDFRANCE                      kennywormaldfrance.net 
Première et unique source française sur le talentueux Kenny Wormald
WECOLME ! Bienvenue sur Kenny Wormald France, première et unique source française deuis juin 2012. Révélé par l'émission DanceLife et plus récemment par son rôle dans le remake de Footloose, Kenny Wormald ne cesse de faire ses preuves. A l'affiche de plusieurs films ces dernières années, vous l'avez peut-être repéré dans Love & Mercy, Honey 3 où encore dans la série Fear The Walking Dead. Il est maintenant à la tête de son propre studio de danse : The Playground LA. Retrouvez ici toute l'actualité du talentueux danseur, acteur et chorégraphe. Je vous souhaite une agréable visite.
DERNIÈRES PHOTOS DE KENNY !

  07 Déc 2015         Posté par Sonny

12277010_1548937948729976_508492018_n

Le 6 décembre, Kenny a donné un cours de Hip-hop à Artscape dans la ville de Cape Town où il tourne actuellement le film Honey 3. Sa co-star Cassie était d’ailleurs présente. Découvrez les photos sur la galerie ainsi que quelques vidéos ci-dessous.

Photos: (Galerie complète)

01  02  03  04

01 | 02 | 03 | 04

  25 Nov 2015         Posté par Sonny

Après avoir perdu sa place à la prestigieuse académie de danse du Cap, Malea lutte pour garder sa passion vivante dans Honey 3, actuellement en production en Afrique du Sud. Rempli de performances alimentées d’adrénaline, un triangle amoureux romantique et des affrontements culturels, le film sortira en Blu-ray, DVD et digital en 2016. Il sera publié par 1 440 Universal Entertainment.

« Avec une toute nouvelle histoire se déroulant en Afrique du Sud, et de jeunes stars, Honey 3 offre un mélange unique de musique, danse, amour et de triomphe sur l’adversité qui ont fait de la franchise un favori avec les fans de tous les âges » dit Glenn Ross, directeur général et vice-président exécutif de Universal 1 440 Entertainment.

En tournage jusqu’au 20 décembre 2015, les stars de Honey 3 sont Cassie Ventura (Step up 2, The Perfect Match), Kenny Wormald, Dena Kaplan (Dance academy, Camp), Sibongile Mlambo (Ladygrey, Homeland), Clayton Evertson (Death Race 2, Natalee Holloway), Bobby Lockwood (Wolfblood, Up All Night), Peter Butler (The Librarian: Return to King Solomon’s Mines, Homeland) et Adrian Galley (Zulu, I Shouldn’t Be Alive).

Honey 3 est réalisé par Bille Woodruff (Honey, Honey 2 et The Perfect Match) sur un scénario de Catherine Cyran. Le film est produit par Mike Elliott.

Photo: (Galerie complète)

01  02  03  04

01  02  03  04

  15 Nov 2015         Posté par Sonny

1168474_185333985140865_494301498_n

Hello tout le monde,

Je devais normalement publier un article news aujourd’hui et puis je me suis dit que ce n’était pas le moment malgré l’envie de me changer les idées. J’ai hésité à poster ce texte ici parce que je ne savais pas s’il y avait sa place et puis je me suis dit ok c’est un fansite, mais il porte le nom Kenny Wormald FRANCE. Je suis française et comme vous le savez, ce vendredi 13 novembre, la France a été touchée par plusieurs événements sanglants… Des attentats. J’ai appris qu’une fusillade avait eu lieu à Paris sur Twitter grâce à plusieurs tweets qui ont défilé sur ma TL. Quelques secondes après, j’entendais parler d’explosions à côté du Stade de France. J’ai tout de suite compris qu’il se passait quelque chose de grave, j’ai cherché sur google, j’ai zappé sur toutes les chaînes de télé pour trouver des informations et là le choc. C’était bien réel, il y avait déjà plusieurs morts annoncés et une rumeur de prise d’otages à la salle de concert Le Bataclan enflait. Rumeur qui s’est vite avéré réelle. L’angoisse est montée en moi en quelques secondes seulement, je n’ai pas pu me coucher avant de longues heures. Comment dormir quand il se passe tout ça dans son propre pays ? Je ne vis pas à Paris, je suis à plusieurs centaines de kilomètres et pourtant, j’ai vécu l’horreur comme si j’y étais. Je me suis réveillé plusieurs fois dans la nuit et à chaque fois, je me suis dit putain ce n’est pas un cauchemar… J’ai passé toute la journée du samedi devant les informations et les émissions spéciales, téléphone dans la main à actualiser mes réseaux sociaux toutes les deux secondes. Malgré l’envie de penser à autre chose, de me changer les idées, je ne pouvais m’empêcher d’y revenir. L’événement auquel je pense le plus, et qui m’a le plus traumatisée est le carnage du Bataclan… J’ai fait pas mal de concerts dans ma vie, ça a toujours été des moments de joie, de bonheur, de défoulement, de liberté… Je ne peux pas m’empêcher de me mettre à la place de ses gens qui étaient seulement venus passer un bon moment. Je n’ose imaginer la peur qu’ils ont du ressentir. Je n’arrive pas à comprendre comment de telles choses peuvent arriver à notre époque. C’est effrayant, il n’y a pas d’autres mots. C’est effrayant d’entendre et de lire partout « On est en guerre ». C’est effrayant de se dire qu’un jour nous aussi on pourrais être au mauvais endroit au mauvais moments, que peut-être on croise tous les jours une ou des personnes capable de ce genre de choses. Et surtout, c’est effrayant de ne pas se sentir en sécurité.

À l’heure où j’écris ce texte, il y a plus de 130 morts, encore des blessés dont certains dans un état critique et des dizaines de personnes qui sont toujours à la recherche de leurs proches. J’ai une énorme pensée pour toutes ses personnes et à travers ce texte (un peu fouillis je l’avoue) je tenais à rendre hommage à toutes les victimes.

  04 Nov 2015         Posté par Sonny

grande

Source

Un des derniers projets que Wes Craven a laissé pour nous est sa production The Girl In The Photographs, le thriller indépendant ayant récemment fait sa première à Los Angeles au ScreamfestLA 2015 peu de temps après sa première au TIFF. Nous avons pensé qu’il était grand temps de discuter avec trois des membres de la distribution principale du film concernant ce dernier ainsi que leurs souvenirs du maestro d’horreur.

Réalisé par Nick Simon, qui a co-scénarisé avec Oz Perkins et Robert Morast, l’histoire de The Girl In The Photographs est celle-ci : Les affrontements d’une grande ville glamour avec les valeurs d’une petite ville quand un photographe de célébrité et son entourage descendent sur une communauté somnolente pour enquêter sur les faits et gestes sanglants d’un tueur en série.

Dread Central: L’implication de Wes Craven en tant que producteur exécutif a-t-il été un facteur déterminant dans l’acceptation de votre rôle et quel impact avait-il eu sur vous en tant que cinéphile et acteur avant la production?

Kenny: Wes comme producteur exécutif a été certainement un facteur énorme. Quand j’ai vu qu’il était à la table de lecture, j’ai accepté l’offre. Il est rare d’être à côté d’une légende, quand il est à bord, vous faites confiance au processus. En grandissant comme un fan de ses films, qui m’ont effrayé, je me sentais responsable en tant qu’acteur de bien performer, être à jamais une partie de son héritage.

Dread Central: Que pensez-vous qu’il a apporté au projet, et quelle a été votre expérience personnelle avec lui lors de la production?

Kenny: Il a apporté de la confiance et de l’enthousiasme au projet. Quand son nom est attaché à un projet, les gens veulent le voir. C’est le pouvoir qu’il a acquis au cours des dernières décennies, et nous étions tous heureux d’être à bord.

Dread Central: Wes a fait l’éloge du réalisateur Nick Simon. Quelle a été votre expérience de travail avec Simon, et dans une mer de films d’horreur interchangeables, que pensez-vous que ce film apporte de plus, et qu’avez-vous l’intention de mettre sur la table au sujet de votre personnage?

Kenny: Nick Simon a eu l’honneur de cette louange, mais aussi la pression qui vient avec elle. C’était incroyable de travailler avec Nick, il est confiant dans ses choix, et aime collaborer avec ses acteurs. Il était un grand leader, et je pense que la louange était digne!

Je pense que ce film se différencie parce qu’il est un hommage aux anciens films d’horreur. Le film a l’horreur de réalité, cela pourrait effectivement se produire! Pourtant, il offre également beaucoup de plaisir et de moments comiques. Nous avons eu beaucoup de plaisir à le faire, et je pense que ça se voit à l’écran. Aussi, avoir Dean Cundey en tant que directeur de la photographie, rend tout ça encore plus badass. Il était incroyable! Nous avons été chanceux d’avoir deux réalisateurs légendaires dans l’équipe.

©KennyWormaldFrance

  24 Oct 2015         Posté par Sonny

Plus tôt dans le mois, Kenny a tourner les scènes de l’un de ses futurs films intitulés Happy Hunting. Kenny y joue le rôle de Junior qui n’est malheureusement pas un personnage principal. La catégorie projet sera mise à jour prochainement avec le synopsis du film. En attendant, découvrez les premières photos de tournage sur la galerie.

Tout de suite après ce tournage, Kenny est parti direction Vancouver pour plusieurs semaines afin de tourner Center Stage, Dance Camp. Non, vous ne rêvez pas, il reprendra bien son rôle de Tommy Anderson aux côtés de l’actrice Nicole Muñoz dans le rôle de Bella.

Happy Hunting:

01  03

Center Stage: (Galerie complète)

01  02  03  04

010  011  012  013

  24 Oct 2015         Posté par Sonny

normal_12093432_943168262405836_1730516078_n

Le 19 octobre dernier avait lieu la projection du film The Girl In The Photographs dans le cadre du festival Screamfest à Los Angeles. Kenny était présent et a participer au Q&A avec le reste de l’équipe du film.

01  02  03  04

  22 Oct 2015         Posté par Sonny

Sans titre 1

Source

Hey sinners! Je suis très heureuse de dire que cette semaine, j’ai eu la super occasion d’interviewer Kenny Wormald (Footloose, Kid Cannabis). J’ai un oeil sur ce gars-là depuis quelques années maintenant et il est finalement entré dans le monde de l’horreur avec le film de Nick Simon, The Girl in the photographs. Non seulement ai-je rencontré cette charismatique étoile montante à la première de son nouveau film au TIFF (Toronto International Film Festival), j’ai aussi eu ses réponses à ce sujet, Wes Craven, ses intérêts dans l’horreur et sur ses futurs projets. C’était une interview amusante et il avait beaucoup de choses intéressantes à dire.

Miranda: Comment a-tu été impliqué dans The Girl In The Photographs?

Kenny: J’ai obtenu une audition pour le film il y a un certain temps, j’y suis allé et j’ai juste lu pour Nick. Il était heureux avec la lecture, il était comme « Vous êtes très charmant » et j’étais comme « oh, bien Nick est-ce des avances où ? ». Puis nous avons continué avec le processus du film et nous avons essayé de trouver le premier rôle, le rôle de Kal. Quelques noms sont venus, et je n’étais pas un grand fan de certains de ces noms. Je n’étais aussi pas certain de faire le film, il y avait beaucoup de choses en cause. Puis Kal a obtenu le rôle et j’ai pensé qu’il était parfait pour. Il y a beaucoup d’humour dedans, mais j’ai pensé qu’il pourrait aussi être mal fait, mais avec quelqu’un comme Kal qui peut retirer combien le personnage est dramatique, et a un bon timing comique, il pourrait vraiment vendre ce rôle. Donc, dès qu’il a été à bord, j’ai accepté de faire le film, et aussi et surtout parce que Wes Craven était de la partie, donc entre Wes Craven et Kal… Mon rôle dépend vraiment du rôle de Kal… Alors quand ces deux choses se sont produites, j’ai passé l’appel tout de suite et j’ai dit « Je veux le faire, je suis dedans ». Et puis toutes ces autres choses ont continué à se mettre en place, comment Nick était cool, comment le reste de la distribution était cool, nous avions eu un super moment sur le tournage de ce film à Victoria ! Nous avons effectivement eu trop de plaisir. Le directeur de la photographie, Dean Cundey, légende est un petit mot pour lui… Il était vraiment cool, une de mes expériences de tournage préférées, c’est certain. Je suis toujours ami avec le casting, nous traînons toujours ensemble dehors. Moi, Miranda, Luc nous sommes tous vraiment bons amis ce qui est rare. Nous avons eu une bonne chimie parce que nous nous aimions tous les uns les autres.

Miranda: As-tu eu la chance de rencontrer Wes Craven?

Kenny: Oui! À la table de lecture, ce fut la seule fois où je l’ai rencontré et tu sais, il y avait un tas d’entre nous dans la salle. Il a montré sa croyance et la confiance en Nick et son projet… Je veux dire, d’avoir lui cosigner sur quoi que ce soit … Il m’a donné confiance dans le projet et m’a donné la confiance que ce film allait être quelque chose de spécial et pas juste un autre film d’horreur. Je ne suis pas le plus grand fan d’horreur, je n’aime pas avoir peur en tant que divertissement, mais avec ce film, vous riez, vous avez peur, il y a des sensations fortes, il y a de la nudité, il y a un peu de sang, il y a littéralement de tout. Si j’étais un lycéen à un rencard, ce serait un de mes films préférés, car le film est fun et vous obtenez un peu de tout, comme je l’ai dit. Votre rencard aura peur et vous tiendra la main donc c’est toujours une bonne chose.

Miranda: Ton personnage a eu beaucoup de moments bizarre, et même si le film était effrayant, je me suis retrouvé à beaucoup rire… Chris étais un personnage amusant à jouer?

Kenny: Oui absolument! J’ai eu beaucoup de plaisir à jouer Chris ! Il a lutté avec les femmes et je ne partage pas nécessairement cette qualité, donc j’ai dû creuser profondément pour trouver la crainte de rater avec une fille, non, je plaisante… Je trébuche parfois avec les femmes. Mais oui, j’ai vraiment aimé. Les moments où je deviens maladroit avec le personnage de Claudia étaient juste drôles, nous coupions après une prise et j’étais choqué par mes mots. C’était amusant de jouer un garçon timide.

Miranda: Si tu pouvais choisir le destin de ton personnage quel serait-il ?

Kenny: Étant un fan du film et un fan des scènes de mort, je choisirais certainement de mourir. Ce qui était cool au cours de la séance de minuit à la première, c’était que tout le public acclamait comme à un match de football chaque fois que quelqu’un allait mourir. Ce fut une nouvelle expérience pour moi.

Miranda: Tu es un danseur professionnel, je sais que tu es rapide sur tes pieds… Penses-tu que tu auras une bonne chance d’échapper à un tueur dans la vraie vie ?

Kenny: Oui! Je pense que je pourrais courir plus vite que Cory, je veux dire, il a perdu beaucoup de poids, je suis content pour ça, mais dans l’état où il était lors du tournage du film, je pouvais le dépasser deux fois. Je ferais tout pour échapper à un tueur, je sauterais sur une fenêtre, etc. Si tu es poursuivi par un tueur, tu dois faire tout ce que tu peux.

Miranda: Je crois que ceci est ton premier film d’horreur et de toute évidence, tu as aimé, te vois-tu en faire d’autre ?

Kenny: Oui! Je veux dire, si je pense que le projet est bon, le bon script, le bon personnage, j’en ferrais certainement d’autre.

Je ne vais pas mentir, étant le Celluloid SInner que je suis, j’étais un peu déçu quand il a dit qu’il n’était pas un grand fan de film d’horreur, mais son enthousiasme l’a certainement compensé!!! Celle-là est juste pour les filles, il a aussi partagé une histoire avec moi à propos de la façon dont il s’est déshabillé ne laissant que ses sous-vêtements et chaussettes et a couru juste pour faire rire tout le monde sur le plateau. Vous pourrez voir The Girl In The Photographs l’année prochaine, ça vaut le coup d’attendre pour de nombreuses raisons. Merci Kenny!

©KennyWormaldFrance

  17 Oct 2015         Posté par Sonny